Facebook : Données Personnelles ou Dollars ?

Dans une autre vie, j’utilisais Facebook. Je m’y suis inscrit assez tardivement car ça ne m’intéressait pas vraiment.

Oui, je sais on dit tous ça !

Je l’ai fait pour garder le contact avec quelques amis éloignés. Je me suis donc créé un compte…

Que je n’ai que très très peu utilisé.

En effet, j’ai toujours été mal à l’aise avec les business construits autour de l’exploitation de nos données.

Serait-ce une trouble provenant de ma petite enfance ? Une lecture du livre « 1984 » trop précoce ? Une échographie trop intrusive lorsque j’étais bien installé dans le bide de ma mère ?

Faut que je consulte tu crois ?

Ok Sigmund ? On se dit à Mardi prochain ?

Pas besoin. Ce blog, c’est ma thérapie !

Donc Facebook, Instagram… très peu pour moi.

Et je vais essayer de t’expliquer pourquoi.

Facebook en Quelques Chiffres

Facebook a été fondé en 2004 par Mark Zuckerberg.

L’entreprise a, entre autres, racheté Instagram en 2012 et WhatsApp en 2014

Elle compte 44 900 employés à travers le monde.

Les chiffres 2019 de ce géant du numérique font tourner la tête…

Le chiffre d’affaires de l’entreprise était de 70,5 milliards de dollars en 2019 avec une hausse de 27% par rapport à 2018.

Malgré tout ce qu’on en dit, Facebook se porte plutôt très très bien !

20% des revenus publicitaires proviennent de l’application Instagram.

Mais Facebook, c’est hasbeen… Plus personne n’utilise ce réseau social !

Heuuuu… Comment dire….

En 2019, Facebook comptabilisait 2,5 milliards de comptes actifs tous les mois et 1,6 milliard chaque jour.

Ah ouai quand même… 33,5% de la population mondiale sans être présent en Chine car interdit !

Oui mais Facebook (le réseau social) est vieillissant avec une hausse de 26% d’utilisation chez les plus de 70 ans et une légère baisse chez les adolescents.

Mais heureusement, l’acquisition d’Instagram a permis à Facebook (l’entreprise) de rester au contact des plus jeunes.

J’en ai fini du tableau dithyrambique concernant ce géant. On va maintenant parler de facebook, données personnelles, scandales et autres effets sociologiques…

Facebook, Données Personnelles et Publicités

Sur les 70,5 milliards de Chiffre d’Affaires de Facebook, 69,6 provenaient des revenus publicitaires.

C’est une machine à vendre des pubs incroyables.

Pour m’amuser, j’ai créé un compte pro (c’est gratuit) et j’ai essayé de construire une publicité.

Tu peux cibler selon l’âge, les intérêts, le sexe, les pages « aimées », la ville, le statut marital, avec ou sans enfants…

Mais il y a un truc tout bonnement incroyable :

Tu peux entrer une liste d’emails de clients par exemple. Facebook recherche dans ses bases de données tous les gens de ta liste ayant un compte chez eux et définit un profil type de tes clients.

On te propose ensuite de présenter tes pubs aux profils similaires à ta base de clients.

On est loin des pubs sur TF1 qui ciblent à l’aveugle ! On est dans de l’ultra-ciblage performant.

Pour les entreprises et agences du pubs, c’est clairement beaucoup, beaucoup plus rentable que tous les autres formats de publicités !

Du coup, le monde se bat pour afficher sa pub sur Facebook pour le plus grand bonheur de Mark Zuckerberg qui ne sait plus où mettre tout ce pognon…

 « Vite une autre valise, celle-là est déjà pleine ! »

Chez Facebook, données personnelles riment avec dollars !

Mais comment Facebook peut nous cibler aussi précisément ?

Chacune de nos interactions est enregistrée, stockée et conservée précieusement.

Leur Data Centers nous connaissent mieux que nous nous connaissons nous-mêmes.

Suivant ses réactions à des articles, ses abonnements à certaines pages… Facebook pourra bientôt comprendre, par exemple, l’orientation sexuelle d’un adolescent avant que celui-ci en ait conscience.

C’est ce que développe Yuval Noah Harari dans son excellent bouquin : « 21 leçons pour le XXIe Siècle ».

Facebook, Données Personnelles et… Scandales !

Cambridge Analytica

J’imagine que tu as déjà entendu parler de l’ENORME scandale Cambridge Analytica en 2018.

Revenons 5 minutes sur cette affaire…

Cambridge Analytica est une entreprise britannique qui a proposé à des utilisateurs Facebook de remplir un questionnaire.

Ce questionnaire a été présenté comme un sujet d’étude académique.

Ce que les utilisateurs ne savaient pas, c’est qu’en même temps que Cambridge Analytica faisaient remplir le questionnaire, l’entreprise pillait les données des participants et de tous leurs amis facebook.

On découvrit en 2018 qu’en fait :

  • Cambridge Analytica travaillait pour Ted Cruz, Sénateur républicain américain.
  • Les données de millions d’américains ainsi récupérées ont permis de créer de pubs ultra-ciblées afin de faire pencher la balance durant les élections américaines de 2017.

Oui Facebook a participé, à son insu certes, mais a participé quand même à influencer le résultat des élections au bénéfice de Trump.

Chez Facebook, données personnelles rimen’y aussi avec atteinte à la démocratie…

Problèmes de Sécurité

Je ne vais pas trop rentrer dans les détails car il y en a tellement…mais Facebook a connu d’énormes brèches de sécurité.

Elles ont permis à des petits malins de récupérer des tonnes de données utilisateurs afin de les vendre au plus offrant sur le marché noir.

Ah bon ?! C’est vrai ton truc là ?

De 2012 à 2018, les employés Facebook avaient accès au mot de passe de 600 millions de comptes. Rien que ça !

Mais 100% des 44 900 employés Facebook sont éthiques et respectueux de la vie privée.

Non ? Oups pardon…

En 2019, c’est 400 millions de numéros de téléphone qui ont été récupérés non pas grâce à un hack compliqué. Non, ils étaient simplement disponibles en cherchant un peu.

J’utilise un gestionnaire de mot de passe (Dashlane en l’occurrence), et j’ai toujours dans la base de données, mon vieux login Facebook même si je n’ai plus de compte.

Eh bien, figure-toi que 1 à 2 fois par an, je reçois une notification de Dashlane de changer mon mot de passe Facebook car il a été détecté une faille ou une fraude.

Je ne reçois ce type de notification qu’avec Facebook !

Un Problème d’Ethique non ?

Il faut être clair. Jusqu’à ce qu’en 2018, Mark Zuckerberg se fasse taper sur les doigts comme un enfant au congrès américain,

Facebook se foutait complètement de l’usage et de la protection de nos données.

« Heuuuu.. Je m’en fous ! »

Il se foutait complètement de ses utilisateurs et de l’impact du réseau social sur leur vie.

Le respect ?

« C’est pour les ratés ! Nous chez Facebook, on a le pouvoir ! »

C’est ainsi qu’en 2014, Facebook a lancé une expérimentation sociale dans son coin, sans prévenir personne.

L’entreprise a manipulé le feed de 689 000 comptes, présentant aux personnes ce qu’elle avait décidé de leur montrer.

Pourquoi ?

Pour étudier les effets sur le comportement des gens en fonction des nouvelles qui leurs sont présentées.

Ainsi, lorsqu’on est soumis à des nouvelles négatives, on devient naturellement négatif et inversement avec des nouvelles positives.

Facebook s’est donc, pendant plusieurs semaines et sans leur consentement, amusé avec les informations et le moral de centaines de milliers de personnes !

Ce n’était pas la première étude de Facebook utilisant son réseau social, il y en a eu, aussi, pendant des élections présidentielles américaines.

Facebook, Données Personnelles et Effets sur la Société…

Une Fabrique à Dépressifs

Comme on vient de le voir, Facebook a fait des études sur l’impact qu’a le réseau social sur la société.

Et bien qu’immoral, l’expérience précédente a permis de découvrir que plus les nouvelles présentées sont choquantes, négatives, révoltantes, plus les personnes sont déprimées, énervées…

 « C’est la merde ! »

Heureusement que le contenu sur Facebook est hyper positif et constructif !

J’adore l’ironie

Eh oui, toutes les études le montrent : un bon buzz vient souvent d’une info choquante, révoltante voire écoeurante.

C’est ce qui fait réagir les gens et donc partager l’info.

Du coup, les médias, influenceurs et autres personnes/entreprises qui font leur beurre à partir des réseaux sociaux font tout pour produire du contenu qui buzz…

du contenu négatif en résumé.

Les accrocs aux réseaux sociaux sont alors négativement impactés par leurs outils préférés.

Une Véritable Bulle Numérique

J’avais brièvement abordé le sujet dans l’analyse sur Google.

Mais le danger de ce genre de plateforme est de rester piéger dans un microcosme informationnel biaisé et orienté.

Ainsi, en « aimant » des pages sur la révolution nihiliste à venir, tu ne recevras plus que ça.

En commentant des articles à la gloire de François Bayrou (si, si, je suis sûr que ça existe !), tu ne recevras plus que ça.

En partageant des posts sur les bienfaits de régime carné, tu ne recevras plus que ça…

Et c’est ainsi que tu deviendras enfermé dans une bulle à tendance carnivore nihiliste votant François Bayrou.

Tu ne verras le monde plus que sous cet angle…

Un point de vue différent sera d’une stupidité sans nom.

C’est (en partie) pour ça que les débats sur les réseaux sociaux n’ont ni queue ni tête.

Ça part directement en clash et insultes.

L’Optimisation Fiscale…

Facebook, données personnelles : ça rime avec dollars, atteinte à la démocratie et scandales.

Mais est-ce que ça rime avec impôts ?

Eh bien là pas vraiment…

T’es bien accroché ?

Alors écoute ça :

En 2015, 99% du chiffre d’affaires français de Facebook échappait à l’imposition.

Oui 99% !

Tout ça grâce à la bonne vieille technique d’optimisation du « double Irlandais » utilisé par tous les grands groupes en Europe dont Google.

Mais heureusement, le Président de Facebook France a annoncé en 2019 que cette entourloupe allait s’arrêter et qu’ils allaient payer l’intégralité de leurs impôts dans les années à venir.

Mais que ce passe-t-il ?

Un élan de générosité ?

Non. C’est beaucoup plus sournois que ça.

En fait, la technique d’optimisation fiscale du « Double Irlandais » devient interdite en Europe à partir de 2020.

C’est juste qu’ils n’auront plus d’échappatoire !

Conclusion

Tu l’auras compris, Facebook, je ne suis pas fan.

Et je pense t’avoir assez bien expliqué pourquoi.

Le pire, c’est qu’au fond de nous, on en a tous conscience.

Prends le mouvement des Gilets Jaunes par exemple.

Facebook représente tout ce que les Gilets Jaunes (et tout le monde d’ailleurs) détestent : manipulation de la démocratie, optimisation fiscale à outrance, aucun respect pour les gens…

Pourtant, le mouvement est né et s’est organisé sur Facebook.

Tout simplement car il n’y a pas d’alternative… du moins c’est ce qu’on croit !

Car sont nés des réseaux sociaux, des messageries open source et/ou respectueuses des données, des utilisateurs et sans manipulations des annonces.

On peut garder le contact avec ses proches sans utiliser Messenger ou WhatsApp.

On peut être présent sur un réseau social sain.

On peut avoir une vie numérique responsable.

Je te montre tout ça dans un guide complet afin de reprendre en mains tes données et ta vie numérique.

Je te souhaite une bonne lecture et j’espère qu’on se retrouvera sur l’un des outils présents dans ce guide.

Sources :

Phasellus vulputate, Aenean non commodo elit. libero justo