Devenir Entrepreneur du Changement ou Revendiquer ?

Je pense qu’on est tous d’accord :

Il faut que ce monde devienne enfin éthique et responsable.

Bon, d’accord….C’est un lieu commun.

Même le patron de Monsanto serait d’accord avec ça. C’est pour dire !

Mais à un moment, quand on veut vraiment quelque chose, il faut se bouger le cul.

Pour amener cette transformation de la société, il y a 2 manières :

•  Amener le politique à créer les conditions pour changer ce monde. C’est ce que j’appelle « Revendiquer ».

•  Créer des projets qui engendrent cette transformation. On dira : « Devenir Entrepreneur du Changement ».

Bien que les 2 puissent être complémentaires, je vais, aujourd’hui, les opposer.

Et voir les avantages et inconvénients de chacun pour amorcer le changement dont on a tellement besoin.

Changer Les Règles Du Jeu

Revendiquer un changement de lois / normes

Modifier une loi ou une norme est clairement le domaine de prédilection du politique !

C’est son terrain de jeu.

Pour faire passer ces idées, il est prêt à se battre comme un beau diable.

Mais pour représenter ceux qui l’ont élu, c’est parfois plus difficile.

Alors, ne parlons même pas des intérêts de ceux qui ne représentent pas son électorat. 

Il faut l’interpeller, participer à des manifs ou grèves, soutenir l’opposition…

C’est autant de manière de faire pression afin de modifier ou créer un texte législatif.

Si on est nombreux à aller dans le même sens, cela peut avoir un impact rapide et efficace.

Si on est seul ou avec 10 pelés, ben… personne ne nous remarquera.

« C’est moins sympa tout seul… »

C’est un fonctionnement en tout ou rien.

Soit tu gagnes, soit tu perds.

C’est pour cela que l’outil revendicatif crée autant de déçus…

Devenir Entrepreneur du Changement des Lois et Normes

Généralement quand on entreprend un projet, les lois et les normes sont souvent plus un frein qu’une aide à initier une transformation.

Le code du travail, la fiscalité, les normes… autant de trucs chiants qui mettent des bâtons dans les roues quand on n’a qu’une envie : celle de changer le monde !

Mais en même temps, il ne faut pas croire qu’entreprendre un projet, c’est seulement subir la législation.

Car, quand on porte un projet éthique et responsable, on peut mettre en évidence les incohérences des lois et normes d’un pays.

En pointant du doigt ces incohérences, on amène le politique à agir.

C’est ainsi qu’une entreprise Belge a proposé de rémunérer ses salariés qui venaient en vélo au travail.

Fiscalement, c’était considéré comme un avantage en nature (alors que le défraiement de covoiturage non…).

Résultat ?

L’entreprise a dû payer une forte amende.

Elle est où la morale de l’histoire là ? Promouvoir les trajets maison-travail en 4×4 diesel ?

« Je vais acheter le pain ! »

Non, bien sûr… L’histoire ne s’arrête pas là.

L’année suivante, la loi Belge a changé. Il est devenu possible de valoriser les employés qui venaient au travail grâce à un moyen de locomotion 100% écologique !

Voilà un bel exemple de la pression exercée par un projet sur des lois inadaptées.

Tu crois que c’est un exemple isolé ?

Regarde un peu en arrière avec Dailymotion, Youtube, Spotify… toutes ces plateformes croulaient sous une montagne de procès.

Eh oui, Universal Music, Warner Bros, CNN, TF1… n’appréciaient que très moyennement voir leurs contenus diffusés sans leur consentement.

La loi était clairement du côté des créateurs de contenus mainstream. Pourtant, ce sont bel et bien les hébergeurs qui ont gagné !

La loi s’adapte aux usages. Modifie les usages et tu modifieras la loi.

Devenir Entrepreneur Du Changement, C’est Bon Pour Le Moral.

La frustration de la revendication

De temps en temps, je tombe sur des vidéos qui dénoncent, qui interpellent le chaland.

« Regarde un peu ce qu’il se passe dans le monde. Les gens crèvent de faim pendant que d’autres se gavent. »

« Il faudrait interdire ceci, taxer cela… »

« Mais que fait l’Etat ?! »

Ces vidéos sont souvent informatives et dénoncent un dysfonctionnement manifeste.

Jusque-là, j’applaudis.

Surtout si c’est bien fait.

Surtout si c’est sourcé et accompagné de données factuelles.

« Que veux-tu, je suis un matheux moi... »

Mon gros problème, c’est qu’une fois que la dénonciation est faite, le créateur du contenu campe souvent sur 2 positions.

La première c’est : « Voilà, j’ai poussé mon coup de gueule. Merci et Au Revoir ».

Quand je vois ça, je deviens fou !

C’est bien beau de dénoncer mais on fait quoi maintenant ? Rien ?

Autant fermer sa gu@$*#

La deuxième position est de revendiquer au gouvernement en place d’interdire, de taxer, de légiférer…

La forme diffère selon les individus mais ça oscille entre l’exigence, la demande courtoise ou le mépris.

Trop souvent, les solutions ne demandent aucun investissement à celui qui les propose.

Je dis là aussi : Trop Facile !

Ne pas s’impliquer dans la solution induit qu’on est tributaire du bon vouloir des décideurs.

Si ceux-ci se montrent inflexibles, on augmente notre degré de frustration et de désespoir

Et frustration et désespoir ne peuvent aboutir qu’à la violence envers soi-même ou les autres.

S’impliquer dans la solution

Heureusement, parfois, une petite voix se fait entendre.

Et cette petite voix me redonne la banane.

Généralement, cette voix, après avoir dénoncé une situation inacceptable te dit :

« Ok, c’est pourri mais voilà ce que je te propose :

Toi et moi, on peut agir maintenant en construisant une alternative »

Cette simple phrase responsabilise et invite à passer à l’action.

En agissant, tu transformes la frustration en excitation de changer le monde.

Et changer le monde commence déjà par changer son propre monde.

Donc pas besoin de créer le nouveau Tesla ou Apple.

Non, on n’est pas tous des génies de l’innovation ou du business.

Mais un projet (entreprise, assos, commerce…) au niveau local permet tout autant de bouger les choses.

1 000 petits projets impactent autant qu’un seul méga projet.

On peut donc tous agir.

Revendiquer, C’est Prendre Un Raccourci

Mais malheureusement, construire un projet à partir de rien, modifier les usages… tout ça demande du temps et beaucoup d’énergie.

En plus, il y a le risque que ça foire.

La revendication ou la pression sur les décideurs politiques, quand ça fonctionne, permet d’obtenir en peu de temps, des résultats significatifs et rapides.

Je comprends donc que beaucoup se tournent vers cette option.

Surtout que quand on parle climat, il y a urgence.

Malheureusement, la plupart des groupes de pression importants ne mettent pas l’écologie en figure de proue.

Les syndicats, les Gilets Jaunes… leurs combats sont plutôt axés travail et pouvoir d’achat qu’économie responsable.

Mais peu importe.

Et puis, si un mouvement est suivi par beaucoup de gens, qu’il comporte une pointe de violence (mais pas trop), ça paye souvent.

Les Gilets Jaunes, sans avoir renversé le pouvoir, l’ont amené à faire de fortes concessions en à peine 6 mois.

Soyons réalistes, aucun projet n’aurait réussi ce tour de force en si peu de temps.

Là, il faut bien s’incliner devant la puissance d’une revendication portée par des centaines de milliers de personnes ultra-motivées ! 

L’Entrepreneur Du Changement Assure La Pérennité De La Transformation

J’apprécie particulièrement Donal Trump.

 « Quoi ? T’as un problème ? »

Hein ?! Je suis devenu fou ?

Non. Laisse-moi t’expliquer les raisons.

Il est dans l’extrême. Et ce faisant, il montre clairement les limites des actions politiques.

Il ne fait pas de chichi.

Ce qu’ont fait ses prédécesseurs ne lui plaît pas ? Il envoie tout valser et redéfinit les règles.

Un accord international le gonfle ? Il déchire le contrat.

Dans ces conditions, comment transformer le monde si tous les 5 ans l’alternance de gouvernement remet en cause les précédents engagements ?

Jusque-là, tout le monde faisait semblant de tricoter et détricoter. Là, au moins c’est franc jeu.

« Un pas en avant, 2 pas en arrière… » s’applique parfaitement à tous les gouvernements qui se succèdent.

D’un autre côté, tu trouves les projets éthiques et responsables.

Eux, ils sont amenés à durer.

S’ils entrent dans le quotidien de la population, s’ils sont économiquement viables…

Pourquoi les remettre en cause ?

En plus, pas de changement de cap tous les 5 ans, ça aide à avancer !

La stabilité est la raison pour laquelle la plupart des pays qui arrivent à mettre en place une vision long terme sont les dictatures ou pseudo-démocraties.

Et personnellement, je ne suis pas chaud pour vivre dans un tel pays.

Du coup, j’opte pour devenir entrepreneur du changement.

En refusant le combat politique, je réalise un acte politique !

Conclusion

Tu l’auras compris, je suis plus partisan de l’action que de la revendication.

Pour moi, ça paye mieux et pour plus longtemps.

Même si on peut pratiquer les 2 !

Un projet malin et convaincant, permet de changer les lois, les mentalités, les modes de vie…

Tout ça d’un coup !

C’est la raison d’être de ce blog.

Je n’ai ni le talent, ni les idées de Steve Jobs ou Elon Musk mais j’ai des compétences et une forte envie d’apporter ma pierre à l’édifice d’un monde éthique et responsable.

C’est pourquoi, j’aide volontiers les petits projets qui se basent sur des valeurs écologiques, responsables et/ou locales.

Par manque de temps, j’ai du faire un choix.

Et à choisir entre revendiquer et devenir entrepreneur du changement, moi, j’ai choisi mon camp. Et toi ?

leo lectus felis justo id, dolor